RSS

Un articolo con un approccio interessante sugli effetti del Covid19 sul mercato del tempo libero.

28 Apr
da lechotouristique.com ha intervistato il sociologo Jean Viard,
Comment faire repartir le tourisme international ?

Jean Viard : C’est un objectif, qui n’est pas évident. Dans un premier temps, en 2020, le tourisme mondial va s’effondrer. Pour le redémarrage, il faudra sans doute accepter la mise en place de nouvelles règles. Par exemple, nous pourrions décider que les compagnies low cost ne commercialisent pas de voyages de moins de 15 jours. Aller visiter les Etats-Unis, c’est bien. Mais partir trois jours pour visiter New York en low cost, c’est absurde sur le plan écologique. L’enjeu est important : un tiers des trajets internationaux sont des low cost.

Jean Viard © Virginie Jullion
Réguler les low cost par la durée des voyages, c’est donc une idée que vous défendez ?

Jean Viard : C’est une idée que je défends pour les voyages loisirs – les voyages d’affaires, c’est différent. Dans le même esprit, il faudrait envisager de supprimer les vols sur les lignes de TGV de moins de trois heures : Paris-Bordeaux, Paris-Marseille… Nous pourrions dire à Air France pour la France – et à d’autres compagnies dans leur propre pays – que nous sommes prêts à les aider sous cette condition. L’arrivée de concurrents ferroviaires à la SNCF permettra d’éviter une envolée des prix sur le rail. Nous devons aller vers une régulation vertueuse des flux, plus écologique. On ne va pas embêter les compagnies aériennes aujourd’hui. C’est très bien de leur prêter de l’argent pour éviter des faillites. Mais, quand viendra le temps du remboursement, on pourrait leur dire : « On efface une partie de l’ardoise, mais vous modifiez vos pratiques ». Comme avec des agriculteurs, qui supprimeraient une partie de leurs désherbants.

la crise, à court terme ?

Jean Viard : Dans un premier temps, les gens vont avoir plus tendance à bouder les transports en commun, à privilégier la sécurité : la marche à pied, le vélo, la voiture. Il faut s’attendre à une plus grande affluence routière dans les stations balnéaires, et imaginer par exemple des parkings à la périphérie. Le Bassin d’Arcachon travaille déjà sur le sujet. Pour l’instant, l’avion n’est pas une question centrale. Quand nous allons sortir du confinement, les Français ne partiront pas à l’étranger, ils vont rester en France, voire près de chez eux. Le phénomène du local va se renforcer. Les générations vont moins partir ensemble. Au sortir du déconfinement, sur la deuxième quinzaine de juin par exemple, il faut aussi que des stations de bord de mer fassent des prix pour les soignants. Le monde du tourisme devra montrer qu’il est solidaire des gens qui se sont battus, c’est important pour son image. Qu’il sait proposer des lieux de repos et de reconstruction, après cette période très difficile.

Et pour les voyages à l’étranger, quels seront les changements ?

Jean Viard : La sécurité sanitaire sera vitale. Les images d’un vol plein d’Air France sur lesquels la compagnie ne donne pas de masques, ce n’est plus possible… Les avions et les hôtels doivent être irréprochables. Pour autant, il ne faudra pas d’ambiance d’hôpital. Les masques ne doivent pas être blancs, il faut leur donner une dimension ludique, en faire des objets artistiques.

Et à plus long terme, sur quels autres axes vertueux devrait-on évoluer ? Qu’est-ce qui va changer ?

Jean Viard : Il faudrait favoriser à fond la transformation des véhicules thermiques en véhicules électriques, au lieu d’acheter. Globalement, une crise accélère des évolutions émergentes, mais en fait naître d’autres. Avec l’essor actuel du télétravail, qui concerne 30% de la population, les villes vont changer. Les gens vont être plus enclins à vivre à l’extérieur, et venir en ville ponctuellement. Ce qui pourrait encourager des agglomérations à développer des espaces de coworking. La 5G et la fibre serviront d’amplificateur. Mais le numérique n’est pas la panacée, il prolonge le physique : une visioconférence n’est pas très adaptée quand on ne connait pas son interlocuteur. Autre tendance à long terme, le local, qui donne un sentiment de sécurité, va s’accélérer. Comme il s’est déjà développé pour l’alimentation, avec des circuits courts.

 
Lascia un commento

Pubblicato da su 28 aprile 2020 in Uncategorized

 

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

 
%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: